27 janvier 2015 - Atelier géothématique - Risques et gestion de crise - Saint Médard en Jalles (33)

publié le 28 novembre 2014 (modifié le 15 juillet 2015)

Un atelier géothématique « Risques et gestion de crise » s’est tenu le 27 janvier 2015 à la direction territoriale sud-ouest du Cerema, sur le site de Saint-Médard-en-Jalles (33). Il a réuni près de 70 personnes confirmant les enjeux dans ce domaine autour de la maîtrise des données géographiques et des outils d’aide à la décision (voir le programme de la journée)

Nathalie Hamacek, nouvelle adjointe sécurité défense pour la zone sud-ouest, a introduit la journée organisée conjointement par le Cerema et la MZDS pour les 4 DREAL de la zone. Elle a souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants en rappelant l’intérêt de la tenue de ce type d’événement pour le partage des connaissances et la mise en réseau, dont la fréquence sera de l’ordre de 18 mois (voir la liste des participants sur l’intranet de la Dter SO)

Toutes les actions de partage d’expérience et de présentation des données et des outils contribuent à se professionnaliser dans l’ingénierie de crise qui comprend les stades suivants :
- la préparation : connaissances des risques et évaluation, identification de tous les moyens techniques et matériels, organisation coordonnée des interventions, mobilisation des ressources et expertises au sein du MEDDE/MLETR ou organismes rattachés ;
- la gestion de crise inter-services et interministérielle ;
- la gestion post-crise ;
- le RETEX (retour d’expériences).
C’est l’objectif de cette journée de présenter les outils de traitement des données pour l’ingénierie de crise, les exploitations des données existantes ou prochaines et d’échanger sur les besoins dans ce domaine. Une réflexion sera engagée sur le noyau dur de données nécessaire à la préparation et la gestion de crise. Elles doivent nous permettre de répondre aux missions telles que définies dans les textes récents sur le sujet : circulaires des 22 juin 2014 définissant le rôle des DREAL de zone, DREAL, DIRM et DIR et 7 octobre 2014 sur le rôle des DDI, qui complètent la circulaire du 28 avril 2011 sur la mission RDI en DDI.

Cette carte est issue de site géorisque

N.Hamacek a également remercié Laure Chandelier, animatrice du réseau, et les intervenants pour le travail réalisé pour l’organisation de cette journée.

La première partie de la matinée était dédiée aux outils de gestion de crise (voir aussi le catalogue publié par le SDSIE, en cours de mise à jour). Jean-Jacques Richard de la DGPR (en remplacement d’Antoine Rouveyrol, SDSIE, empêché) a présenté Ogeric Web (http://ogeric.info.application.i2/) en abordant différents points : principales fonctionnalités, nouveautés 2014 (notamment couches de données disponibles dans le portail) et retours d’expériences menées en COD 77. Les mises à jour de cette application WEB sont prévues deux fois par an, en prenant en compte les requêtes des utilisateurs grâce aux contacts du site d’assistance OGERIC WEB : http://ogeric.info.application.i2/assistance-r10.html. Le pôle national de diffusion (PND) peut répondre aux questions des utilisateurs via la messagerie suivante : Pnd-gestion-de-crise@developpement-durable.gouv.fr. Suite à l’atelier, la liste des questions soulevées sur l’outil Ogeric Web a été transmis au SDSIE qui y a apporté les réponses suivantes. Un appel à candidatures pour des formateurs Ogeric Web a également été lancé.

Stéphan Guérin, Lydie Lejeune et Laurent Yon de la DDTM 17, ont ensuite complété le propos en décrivant l’organisation de la cartographie de crise et le déploiement d’Ogeric Web dans leur service. Les utilisateurs relèvent certaines limites, notamment l’absence de mode déconnecté ou les difficultés d’accès au réseau en COD ainsi que les faibles possibilités de dessin. Ces aspects doivent faire l’objet d’un développement en 2015. La MZDS sud-ouest et les différents intervenants ont rappelé la complémentarité d’Ogeric avec l’outil Synapse mis en place par le ministère de l’intérieur et que Pierre Chastanet (COGIC) a ensuite présenté à l’assistance. Cet exposé a également permis de décrire l’organisation de la gestion de crise au sein de ce ministère et de partager quelques réalisations concrètes, notamment lors du suivi de grands événements. La MZDS fera remonter au SDSIE l’ensemble des demandes formulées sur Ogeric Web par les participants. N.Hamacek rappelle que Ogeric Web est l’outil de cartographie de crise retenu par le MEDDE et que son « déploiement-utilisation » est le projet prioritaire de MZDS.

L’atelier a ensuite abordé le thème des risques : Yves Ruperd et Patrice Dubois de la DREAL Aquitaine ont proposé, avec leurs points de vue respectivement métier et géomatique, un retour sur la cartographie des territoires à risque important d’inondation, dont les cartographies ont été approuvées par le préfet coordonnateur de bassin fin 2014. Les travaux ont notamment requis la production d’un patrimoine de données d’enjeux et de risques qu’il est nécessaire de consolider aujourd’hui. Les cartes seront disponibles sur le site Géorisques conçu pour faciliter l’accès aux données de cartographie des risques sur le territoire. Jean-Jacques Richard a présenté ce portail qui a pour but de mettre en commun les données des PPR et de faire lien avec d’autres sources (Vigicrues, Gaspar, Base de données historiques sur les inondations, SIOUH, etc.). La BD ZIP (base de données des zones inondées potentielles) est l’un des chantiers en cours : Aurélie Escudier du SCHAPI présente les types de données qui seront mises à disposition ainsi que l’application de diffusion qui est actuellement en test. L’objectif est de fournir un graphique en temps réel des prévisions de hauteurs d’eau sur Vigicures d’ici fin 2015.

Les participants s’accordent sur l’importance de disposer de données fiables, complètes et à jour. Les DDT s’organisent en interne, en lien avec les infrastructures de données géographiques régionales et les DREAL, pour constituer le patrimoine de données utiles à l’ingénierie de crise. Sur ce sujet, Laure Chandelier partage les travaux, menés en zones de défense sud-est et ouest et qui donnent des éléments sur l’inventaire des données concernées et sur les sources mobilisables. Une démarche nouvelle est à souligner : l’IGN travaille avec MIPYGéo au projet OpenLab ERP. Ce projet a pour objectif la constitution d’une base de données exhaustive des Établissements Recevant du Public incluant la 5e catégorie, mais aussi permettant aux propriétaires, par le biais d’un portail de télédéclaration, d’effectuer leurs démarches, facilitant ainsi la mise à jour en continu.

La seconde partie de l’après-midi a été l’occasion d’illustrer, via deux réalisations thématiques, l’utilisation de ces données. Fabien Couly, de la Dter SO du Cerema a présenté les travaux menés dans son équipe sur le suivi du transport des matières dangereuses avec la dématérialisation des documents réglementaires afférents. Georges Arnaud, également du Cerema, a fait un retour sur la production tout juste achevée de l’atlas de sensibilité du littoral élaboré dans le cadre du plan zonal POLMAR-Terre et dont la méthodologie de constitution avait été présentée lors du précédent atelier.

Nathalie Hamacek conclut la journée en soulignant l’importance du partenariat des acteurs information géographique et ingénierie de crise afin que les outils n’aient pas ou peu de frontières administratives. De même, il est important que ces outils soient accessibles en temps de crise (c’est-à-dire, données à jour, accessibles en mode déconnectés et simples d’utilisation).
Le prochain atelier aura lieu en juin 2015 sur un thème qui sera défini tout prochainement.

Pour toute information concernant la journée, merci de contacter laure.chandelier@cerema.fr et stephane.domingo@cerema.fr


Télécharger :