ENVIRONNEMENT
 

Plan national d’actions pour le vison d’Europe

publié le 11 janvier 2017 (modifié le 21 décembre 2017)

Recensement des opérations de requalification de franchissements hydrauliques : le Cerema a réalisé une enquête auprès de tous les gestionnaires d’infrastructures routières…

La DREAL Nouvelle Aquitaine a sollicité le Cerema dans le cadre de la déclinaison opérationnelle du plan national d’action en faveur du Vison d’Europe (Mustela lutreola).

À quoi ça ressemble un Vison d’Europe ?

Longueur 55 cm pour les mâles et 46 cm pour les femelles
Poids 700-1200 g pour les mâles et 400-800 g pour les femelles
Apparence silhouette fusiforme comme l’ensemble des mustélidés, pelage brun uniforme avec parfois des reflets roussâtres, menton et les lèvres inférieures / supérieures bordés d’un liseré blanc
Vison d’Europe

Un objectif prioritaire : lutter contre la mortalité routière de cette espèce

Cet objectif constitue une priorité d’actions sur la zone du Plan National d’Actions (PNA)et est retenu dans le cadre de cette mission.
Les infrastructures linéaires, et principalement les routes constituent un obstacle majeur pour les déplacements du Vison d’Europe et sont particulièrement meurtrières.

Des solutions : l’aménagement d’ouvrages hydrauliques de franchissement (passages inférieurs)

Éviter la traversée de la chaussée diminue considérablement le risque de mortalité par collision d’un certain nombre d’espèces. La mise en place de banquettes ou d’encorbellement permet au Vison d’Europe (et à d’autres espèces semi-aquatiques) d’emprunter l’ouvrage.

À ce jour, différentes opérations de requalification sont réalisées ou en projet. Néanmoins, les actions ne sont généralement pas recensées sauf, en Poitou-Charentes où ce travail a été réalisé dans le cadre d’une étude plus globale sous maîtrise d’ouvrage de la DREAL.

Une centaine d’ouvrages aménagés ou en projet pour la petite faune recensés
Chaque aménagement, référencé sous SIG dans une géodatabase. Une fiche complète la collecte et décrit le type d’aménagement, son coût, l’infrastructure routière et le cours d’eau
concernés, etc…

Réhabilitation des franchissements hydrauliques : mais de quoi parle-t-on ?

Afin de rendre les ouvrages hydrauliques franchissables par la petite faune terrestre et semi-aquatique, différentes possibilités existent la réalisation :

  • de banquette (ou marche), unique ou en gradins Pour les ouvrages de taille moyenne : cadre ou conduit voûtés dont l’ouverture est supérieure à 3 m.
    banque unique ou à gradins
  • d’encorbellement : Lorsque la réalisation de banquette n’est pas possible pour des raisons de gabarit hydraulique et/ou de franchissement piscicole.
    encorbellement
  • du fonçage d’une buse sèche à proximité de l’ouvrage hydraulique : Lorsque les caractéristiques de l’ouvrage (ouverture inférieure à 3 m) ne permettent pas l’aménagement d’une banquette ou d’un pied sec.
    buse sèche

- de pontons flottants
Pour les ouvrages à faible tirant d’air ne permettant pas l’implantation d’aménagements de type banquette, encorbellement ou le fonçage de buse sèche.

Et ça fonctionne !

loutre
Loutres et ses loutrons, traversant un écoduc de 120 cm de diamètre,(source : LPO,Vinci) Loutre traversant un encorbellement d’ouvrage (source : LPO, Vinci)

Auteur : Géraldine AUDI-LIEBERT